Intervenants

  •   Gustavo ALANIS-ORTEGA

Gustavo Alanis Ortega est juriste de l'Universidad Iberoamericana de Mexico. Titulaire d'une maîtrise en droit international (spécialisée en droit de l'environnement) de l'American University, Washington College of Law, Washington, D.C.. Il aussi est membre de la 7e cohorte du programme Leadership on Environment and Development (LEAD). Fondateur et directeur exécutif du Centre mexicain du droit de l'environnement (CEMDA) depuis 1993. Chroniqueur pour le journal Universal. Auparavant, il était chroniqueur pour les journaux Reforma et El Financiero. Professeur de droit de l'environnement à l'Universidad Iberoamericana depuis janvier 1994. Membre du conseil d'administration du Conseil consultatif de l'eau et également de l'Institut ibéro-américain pour la justice durable.

alanis.jpg

---

  • Chikosa BANDA

Chikosa Moses Ulendo Banda est maître de conférences en droit et doyen de la faculté de droit du Chancellor College de l'Université du Malawi. Il est titulaire d'une maîtrise en droit de l'université d'Essex et d'une licence en droit (avec mention) de l'université du Malawi. Il est maître de conférences invité à l'Université du Maryland : Francis King Carey School of Law, où il a co-développé le nouveau cours de théorie et de pratique juridiques de l'école de droit : "Justice environnementale, droits de l'homme et santé publique".

Il enseigne le droit de l'environnement et des ressources naturelles, les politiques, lois et institutions relatives à l'eau, le droit international et comparé de la propriété intellectuelle, le droit constitutionnel et administratif, ainsi que le droit international privé aux niveaux du premier et du deuxième cycle. Il a également enseigné d'autres cours, notamment le droit international et le droit des droits de l'homme. Ses recherches portent sur la justice mondiale et les droits de l'homme, l'interface entre le commerce international et les droits de l'homme, la propriété intellectuelle et la promotion de la R&D biomédicale, la gouvernance environnementale et les dimensions sexospécifiques de la santé. Il a supervisé et évalué de nombreux mémoires d'étudiants en droit des affaires et droits de l'homme, en droit de la propriété intellectuelle et en droit de l'environnement. Il a effectué des recherches et des consultations dans de nombreux domaines, notamment la propriété intellectuelle et l'accès aux médicaments, la souveraineté des semences et les droits des agriculteurs, le droit de l'environnement, la gestion des risques de catastrophe, le droit à la santé et les droits des prisonniers vulnérables.

Il est membre du conseil d'administration de l'Autorité de protection de l'environnement du Malawi et du Centre for Environmental Policy and Advocacy. Il a également été membre du conseil d'administration de Dignitas International et de Dignitas United States. Il est membre du Conseil international du droit de l'environnement (International Council of Environmental Law -ICEL-) et de la Commission du droit de l'environnement de l'UICN. Il est également représentant du ICEL  auprès de l'Organisation consultative juridique afro-asiatique (AALCO). Il a également un certain nombre de publications à son actif, notamment Administrative Justice, Environmental Governance and the Rule of Law in Malawi ; Theatre of the Oppressed : Advancing a Human Rights Based Approach to Upholding Health Rights in a Malawian Women's prison ; An Indigenous Approach : Une approche indigène : application du concept d'uMunthu parmi les étudiants leaders de la jeunesse pour réduire la discrimination à l'encontre des personnes LGBTI au Malawi ; Propriété intellectuelle et accès aux produits pharmaceutiques essentiels : Recent Law and Policy Reforms in the Southern Africa Development Community Region, entre autres.

banda.jpg

---

  • Mindahi BASTIDA MUÑOZ

Mindahi Crescencio Bastida Muñoz est le directeur de l’initiative Original Caretakers du Centre for Earth Ethics. Il est coordonnateur général du conseil régional d’Otomi-Hñahñu au Mexique, gardien de la philosophie et des traditions du peuple Otomi. Il est également responsable de la cérémonie rituelle d’Otomi depuis 1988. Né à Tultepec au Mexique, il est titulaire d’un doctorat développement rural de l’Universidad Autónoma Metropolitana et est président du Conseil mexicain du développement durable. Bastida Muñoz est membre du comité de pilotage de l’Initiative d’Évaluation du Changement Climatique Bioculturel des peuples autochtones et a été déléguée à plusieurs commissions et sommets sur les droits des peuples autochtones et l’environnement. Il a beaucoup écrit sur les relations entre l’État et les peuples autochtones, l’éducation interculturelle, les droits de propriété intellectuelle collectifs et les connaissances traditionnelles associées, entre autres sujets.

batista.jpg

---

  • Christophe BASTIN

Ingénieur, Président fondateur de SIC Nouvelle-Aquitaine, société d’Ingénierie et de conseil
Étudiant en 1986, développe les activités Robotique et Intelligence Artificielle dans l’entreprise familiale.
Débute en 1989 dans l’industrie aéronautique et spatiale, sur le management qualité de programmes stratégiques militaires et d’aviation civile.
Fonde en 1994 la société HORUS pour accompagner les entreprises dans les projets d’externalisation des services industrielles de donneurs d’ordre.
Devient en 2000 consultant en innovation, notamment dans le secteur des NTIC, au sein d’un grand cabinet.
Puis en 2006 chef de projet extranet et de développement de logiciel en ligne dans une agence web.
Cesse toute activité professionnelle suite à un accident en 2010. Se consacre au monde associatif culturel et préside en 2015 d’une association d’insertion par l’activité économique. S’engage dans la vie politique locale.
En 2017, crée SIC Nouvelle-Aquitaine. En août 2017, se joint au Professeur Michel PRIEUR pour développer la mesure de l’effectivité du droit de l’environnement sur le plan mathématique. Participe à différentes présentations du sujet en France et à l’étranger.
Publication : co-auteur du livre « Mesurer l’effectivité du droit de l’environnement – Des indicateurs juridiques aux services du développement durable ».

bastin_320x320.jpg

---

  • Samira BEN ALI

Samira Ben Ali s’apprête à rentrer en deuxième année de Master « Générations Futures et Transitions Juridiques » au campus caennais de Sciences Po Rennes. Elle est originaire de d’outre-mer (Mayotte) et lorsqu’elle n’est pas en train de bouquiner, elle s’intéresse aux questions de relations internationales, de transitions juridiques et d’environnement. C’est son appétence pour ces causes qui l’a poussé à s’investir dans les mouvements I am Climate Justice et Good Stories proposés lors de son stage à la Chaire Normandie pour la Paix.

SamiraBenAli.jpg

---

  • Juge Dr. Dr.h.c. mult. Antonio Herman Benjamin,

Haute Cour nationale du Brésil (STJ) - Le professeur Antonio Herman Benjamin est juge à la Haute Cour nationale du Brésil (STJ) depuis 2006, date à laquelle il a été nommé par le président Luiz Inácio Lula da Silva. Auparavant, le professeur Benjamin a été procureur général adjoint de l'État de São Paulo pendant plus de vingt ans, période au cours de laquelle il a dirigé la division de la protection de l'environnement et la division de la protection des consommateurs. Le professeur Benjamin a été le président fondateur de l'Institut brésilien du droit et de la politique de la consommation (Brasilcon) et de l'Institut du droit pour une planète verte (Instituto O Direito por um Planeta Verde). Il est ancien président de l'association brésilienne des anciens élèves de Fulbright, membre du groupe d'experts juridiques du Secrétaire général des Nations Unies sur les crimes contre l'environnement et, pendant une décennie, conseiller du Conseil brésilien de l'environnement (CONAMA), d'abord nommé par le président Fernando Henrique Cardoso, puis reconduit par le président Luiz Inácio Lula da Silva. Le professeur Benjamin est également président du Forum environnemental brésilien des juges (FONAMA). En 2014, il a été nommé juge du Tribunal national électoral (TSE). Le professeur Benjamin était auparavant le doyen de l'École nationale de la magistrature du Brésil (ENFAM), où il est actuellement le directeur de son programme LL.M (Master of Laws) sur la justice, le premier du genre parmi les académies judiciaires du monde. Lorsqu'il était doyen de l'ENFAM, le professeur Benjamin a également mis en œuvre une réglementation novatrice à l'échelle mondiale en matière de discrimination positive pour les professeurs et les étudiants afro-brésiliens et autochtones.

Le juge Benjamin a été professeur à la faculté de droit de l'Université catholique de Brasília et, pendant 17 ans, professeur invité à l'Université du Texas à Austin. Il a été conférencier invité dans des institutions universitaires prestigieuses du monde entier. Il a obtenu son LL.B. de l'université fédérale de Rio de Janeiro, son LL.M. de l'université de l'Illinois et son doctorat de l'université fédérale de Rio Grande do Sul. Ses principaux domaines d'expertise et travaux universitaires sont le droit de l'environnement, le droit de la consommation, le droit du patrimoine culturel et le droit des droits de l'homme. Il est le fondateur et le rédacteur en chef émérite de la Brazilian Consumer Law Review et de la Brazilian Environmental Law Review, toutes deux publiées par Thomson Reuters. Il a co-rédigé plusieurs lois brésiliennes importantes, notamment le code de protection des consommateurs de 1990, la loi anti-corruption de 1992, la loi sur la concurrence de 1994, la loi sur les crimes contre l'environnement de 1998, la loi sur les concessions forestières de 2006, la loi sur la forêt atlantique de 2006 et le code forestier de 2012. Le professeur Benjamin a écrit, coécrit et édité plus de trente livres et articles au Brésil et à l'étranger.

Au niveau international, le professeur Benjamin a été coprésident du Réseau international pour la conformité et l'application des lois environnementales (INECE) et président du Comité environnemental du Sommet des juges en chef d'Ibéro-Amérique. Actuellement. Il est président de la Commission mondiale du droit de l'environnement (CMDE) de l'UICN et secrétaire général du Conseil consultatif international pour la justice environnementale du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Il est le principal fondateur de l'Institut judiciaire mondial sur l'environnement (GJIE), l'organisation qui réunit des juges de la Cour suprême et des juges du monde entier qui travaillent sur les questions émergentes en droit de l'environnement. Pendant la conférence Rio+20 de 2012, il a été le coordinateur du Congrès mondial du PNUE sur la justice, la gouvernance et le droit pour un environnement durable.

Le juge Benjamin a reçu plusieurs prix, distinctions et autres reconnaissances au Brésil et à l'étranger. Il est Chevalier de l'Ordre National de la Légion d'Honneur de France et Commandeur de l'Ordre du Roi Léopold de Belgique. Il est le lauréat du prix Elizabeth Haub 2015 pour le droit de l'environnement, décerné par l'université de Stockholm et considéré comme la plus prestigieuse distinction internationale attribuée à un expert en droit de l'environnement. Il est ambassadeur de bonne volonté pour la justice environnementale de l'Organisation des États américains (OEA). En 2020, des scientifiques brésiliens ont donné son nom à une nouvelle espèce d'orchidée de la forêt amazonienne, Bulbophyllum antoniobenjaminii.

benjamin.png

---

  • Professor Klaus BOSSELMANN, PhD

Le Dr Klaus Bosselmann est professeur de droit de l'environnement et directeur fondateur du Centre néo-zélandais de droit de l'environnement à l'université d'Auckland. Il est spécialisé dans les domaines du droit environnemental international et européen, de la gouvernance mondiale et du droit constitutionnel comparé. Au cours de sa longue carrière universitaire en Allemagne et en Nouvelle-Zélande, il a été consultant auprès des Nations unies, de l'OCDE, de l'Union européenne et des gouvernements allemand et néo-zélandais. Il est président du groupe de spécialistes de l'éthique de la Commission mondiale du droit de l'environnement de l'UICN, président de l'Association pour le droit et la gouvernance écologiques, coprésident du Groupe pour l'intégrité écologique mondiale et président de l'Initiative de tutelle de la Terre.

Le professeur Bosselmann a écrit ou édité plus de 30 livres dans les domaines de l'écologie politique, du droit international de l'environnement et de la gouvernance mondiale. Pour son travail de pionnier sur le droit écologique et la jurisprudence de la Terre, il a reçu de nombreux prix, dont le prix inaugural de la bourse d'études supérieure de l'Académie de droit de l'environnement de l'UICN.

bosselmann.png

---

---

  • Christophe BOURIAU

Christophe Bouriau est professeur à l’Université de Lorraine et membre des Archives Poincaré (UMR 7117). Avec Charles Braverman, il dirige la collection « Philosophie allemande : une autre histoire », publiée aux Presses universitaires de Lorraine. Spécialiste de la philosophie allemande, il a traduit en français la Philosophie du comme-si du néo-kantien Hans Vaihinger (1852-1933), et a consacré un livre à l’invention par Vaihinger du « fictionnalisme », courant philosophique très bien vivant aujourd’hui dans les débats entre « réalistes » et « fictionnalistes » sur divers sujets. Le titre de cette œuvre est : Le comme si. Kant, Vaihinger et le fictionalisme (Cerf, 2013). Christophe Bouriau a également consacré plusieurs ouvrages à Hans Kelsen, grand lecteur de Vaihinger, soulignant la fécondité de sa théorie des fictions juridiques. Dans cette perspective, il traduit actuellement en collaboration avec Carlos Herrera : Hans Kelsen, The Sociological Concept and the Legal Concept of State. Une enquête critique sur la relation entre l’État et la loi (1922). Ses réflexions portent sur les fictions du droit de l’environnement : est-il légitime de considérer certains espaces naturels comme des personnes morales, d’agir « comme si » les « choses » étaient des « personnes » ?

BOURRIAU.png

---

  • Laetitia BRACONNIER MORENO

Laetitia BRACONNIER MORENO est juriste franco-colombienne, spécialiste en droits humains, avocate de l’Université Pontificale Bolivarienne (Medellin). En 2018, elle a été lauréate de l’Institut des Amériques, ce qui lui a permis d’être coordinatrice du Pôle Bogota de cet institut et d’entamer une thèse en cotutelle à l’Université Paris Nanterre (UMR 70/74, CREDOF) et l’Université Nationale de Colombie (EILUSOS). Elle est co-présidente de la commission « justice transitionnelle » de l’Association des juristes franco-colombiens. Ses travaux portent notamment sur le pluralisme juridique et l’interculturalité en droit, et sont menés selon une méthodologie de recherche collaborative avec des groupes ethniques et personnes migrantes.

Laetitia_Braconnier_300x300.png

---

  • Gert-Peter BRUCH

Journaliste, photographe, réalisateur mais aussi auteur de deux ouvrages :Bernard Lavilliers, Escaleset Sting, enquête de Police, Gert-Peter BRUCH rencontre grâce à Sting le cacique Raoni, source de son engagement depuis plus de 30 ans pour la protection de la forêt amazonienne. Fondateur de Planète Amazone, qui soutient les peuples autochtones dans leur combat international contre la déforestation, il est à l‘initiative de trois tournées internationales du Cacique Raoni dont « SOS Amazônia » et « Urgence Amazonie ». Gert-Peter Bruch est aussi membre du comité exécutif de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature dont il est l’un des grands architectes. En 2019, il réalise Terra Libre, documentaire soulignant l’inaction des gouvernants voire même leur complaisance aux bénéfices d’un écocide de masse dont la sortie est programmée avant l’été 2021.

gert.jpeg

---

  • David FORMAN

Directeur du Centre de droit de l’environnement, William S. Richardson School of Law, Université de Hawai’i à Mānoa. Il a été membre du Comité hôte / Comité de programme pour le Congrès mondial de la conservation de la nature pour l’Union pour la conservation de la nature en 2016. Il a également été le principal organisateur d’un pseudo-tribunal unique et collaboratif, qui a été appelé Intergenerational Climate Justice devant la Cour internationale de Justice (voir http://blog.hawaii.edu/elp/icj4icj-information/), qui a été renommé Tony Oposa Intergenerational Moot Court.

FORMAN.jpg

---

  • Émilie GAILLARD

Émilie Gaillard est maître de conférences en droit privé (Sciences Po Rennes) et codirectrice du pôle Risques de la MRSH. Elle a soutenu en 2008 sa thèse intitulée Générations futures et droit privé. Vers un droit des générations futures (éd. LDGJ, 2011, 673 p.). Cet ouvrage a été primé par l’Académie des Sciences Morales et Politiques en 2010

Son travail éclaire l’émergence d’un nouveau paradigme juridique qui renouvelle les trames juridiques et initie également de nouvelles logiques juridiques. Elle travaille pour la reconnaissance d’un nouvel humanisme qui respecte tant l’humanité à travers l’espace et le temps que l’ensemble des espèces et les conditions de vie. Ses écrits portent principalement en philosophie et théorie générale du droit, Droit international des droits de l’homme et de l’environnement, droit constitutionnel et en Biodroit. Elle a participé à la rédaction d’une Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité sous la direction de Corinne Lepage, à la demande du Président de la République française (2015).

emilie_juillet2019_300x300.jpg

---

  • Luis-Miguel GUTIÉRREZ R.

Luis-Miguel GUTIÉRREZ R. est un avocat franco-colombien, titulaire d’un doctorat en droit public de l’Université de Toulouse. Il travaille actuellement en tant qu’enseignant chercheur à l’Université de Lille. Sa thèse de doctorat porte sur la relation entre la justice transitionnelle et la Constitution de différents États, selon une approche de droit constitutionnel comparatif. Il est co-président de la Commission Justice Transitionnelle de l’Association des Juristes Franco-Colombiens. Ses recherches portent sur la justice transitionnelle, le système interaméricain des droits de l’homme, la démocratie environnementale et l’interaction des systèmes juridiques internationaux et nationaux. Il fait actuellement partie de l’équipe de recherche de la Chaire pour la paix de Normandie, dans le domaine « Paix, justice transitionnelle et questions environnementales ».

luismiguel_e1587461971819.jpg

---

  • Donald W. Kaniaru

M. Donald W. Kaniaru est l'associé directeur du cabinet Kaniaru & Kaniaru Advocates. Il a travaillé pour le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) pendant plus de 28 ans, où il a occupé divers postes de gestion juridique, diplomatique et opérationnelle, notamment en tant que directeur de la Division de la mise en œuvre des politiques environnementales et de la Division des conventions sur l'environnement. Il a également occupé le poste de conseiller juridique principal spécial auprès du directeur exécutif du PNUE.

Il a participé activement à la préparation de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain qui s'est tenue à Stockholm en 1972, puis à la création du PNUE à Nairobi.

Pendant plusieurs décennies, les Nations unies et le conseil d'administration du PNUE ont organisé une série de conférences sur l'environnement pour définir le programme et les politiques et mesures de développement durable. Au cours de ce processus, de nombreuses conventions, protocoles et accords mondiaux et régionaux ont été conclus dans divers domaines environnementaux.

Simultanément, au niveau national, le renforcement des capacités a été amélioré à travers le monde et les régions, et M. Kaniaru et ses collègues ont été pleinement intégrés.

M. Kaniaru est membre de plusieurs organismes professionnels et environnementaux, notamment l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la Commission du droit de l'environnement et le Conseil international du droit de l'environnement (CIDE), dont il est le représentant auprès des Nations unies au Kenya. Il a été président du Tribunal national de l'environnement du Kenya de 2005 à 2013 et a apporté une contribution importante au développement du droit de l'environnement au Kenya pendant cette période. Il a également été administrateur du Centre for International Environmental Law (CIEL) depuis 2004 et est administrateur de l'Institut pour la gouvernance et le développement durable.

Ses réalisations en tant que membre du Conseil d'administration (CA) de l'icipe reflètent son parcours et son expérience diversifiés et uniques. M. Kaniaru a joué un rôle essentiel en soutenant le CG et a géré la croissance et le développement du centre entre 2004 et 2018. Il a contribué à développer et à améliorer les procédures de gestion opérationnelle, les politiques et les mécanismes institutionnels dans son rôle au sein du CA et de son conseil d'administration, ainsi qu'en tant que vice-président du comité d'audit et des finances.

M. Kaniaru a reçu divers prix et distinctions pour sa contribution au développement et à l'avancement du droit international de l'environnement, notamment le prix Elizabeth Haub de droit international (2009) et le prix CIEL de droit international de l'environnement (2010). Il est l'auteur de plusieurs articles et chapitres de livres, a coédité l'ouvrage fondamental en deux volumes intitulé "Making law work- environmental compliance and sustainable development" (2005) et a édité The Montreal Protocol - Celebrating 20 Years of Environmental Progress - Ozone Layer And Climate Protection (2007). En 2021, il a été nommé dans le Who's Who du Protocole de Montréal.

Kaniaru.png

---

  • Reinhard Krapp, ministre à la retraite et avocat

Reinhard Krapp - né en 1953 à Lohne/Basse-Saxe - a étudié de 1973 à 1978 le droit et l'économie à l'université de Muenster/Westphalie et à l'université de Lausanne/Suisse.
En septembre 1978, il a passé le premier examen d'État en droit à la Cour régionale de Hamm/Rhénanie-du-Nord-Westphalie et a ensuite été assistant juridique à Bonn et à Montréal/Canada. En juillet 1981, il a passé son deuxième examen d'État en droit à Düsseldorf (examen d'avocat).

Il a rejoint le service extérieur allemand en tant qu'attaché en 1981 et a réussi l'examen d'État pour le service extérieur en 1983.

De 1983 à 2018, il a travaillé dans différents départements du ministère des affaires étrangères et dans les ambassades d'Ottawa, du Caire, de Moscou et de Sofia. Il a également travaillé dans les représentations permanentes de l'Allemagne auprès de l'Union européenne à Bruxelles et auprès des Nations unies à New York.
Il a été chargé de l'environnement à la représentation permanente de l'Allemagne auprès de l'Union européenne à Bruxelles, chef de la division "Politique environnementale internationale, politique climatique et développement durable" au ministère des affaires étrangères à Bonn et à Berlin, chef du service juridique et consulaire de l'ambassade d'Allemagne à Moscou et ministre et chef du département économique de la représentation permanente de l'Allemagne auprès des Nations unies à New York.
Après sa retraite en juillet 2018, il a été admis en tant qu'avocat par le Barreau de Cologne et se concentre désormais sur les questions de droit international de l'environnement.

Reinhard Krapp est lauréat du célèbre prix Elisabeth-Haub pour la diplomatie environnementale internationale et le droit international de l'environnement et membre du conseil d'administration du Conseil international du droit de l'environnement (ICEL).

krapp.jpg

---

  • Arnold KREILHUBER

Arnold Kreilhuber, directeur par intérim de la division juridique du Programme des Nations unies pour l'environnement.

Arnold, de nationalité autrichienne, possède de nombreuses années d'expérience professionnelle dans le domaine du droit, de la diplomatie et de la politique de l'environnement. Il est convaincu qu'il faut s'assurer que le droit et la gouvernance de l'environnement servent les intérêts des personnes et de la planète. Arnold a rejoint le PNUE en 2005 et a fait progresser le travail sur des questions importantes telles que la criminalité environnementale, les droits de l'homme et l'environnement, les juges et l'environnement, le droit et la gouvernance de l'eau douce et, plus récemment, en réponse aux attaques contre les défenseurs de l'environnement. Sous sa direction, la communauté internationale et les parties prenantes ont commencé à faire progresser la notion d'état de droit environnemental. En 2012, il a dirigé la planification et l'organisation du premier Congrès mondial sur la justice, la gouvernance et le droit pour un environnement durable, dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20).

Avant de rejoindre le PNUE, Arnold a travaillé dans le secteur gouvernemental, non gouvernemental et privé.
Il est titulaire d'un doctorat en droit international de l'environnement de l'Université de Vienne ainsi que d'une maîtrise en études internationales avancées de l'Académie diplomatique de Vienne
.

 

Arnold_Kreilhuber.jpg

---

  • James R. MAY

James R. May est Professeur Distingué de Droit, Fondateur du Global Environmental Rights Institute, et co-fondateur du Dignity Rights Project et de l’Environmental Rights Institute à la Widener University Delaware Law School, où il a occupé le poste de H. Albert Young Fellow en droit constitutionnel. À la Widener University, il a fait partie de l’Équipe de Direction du Président, et a été le premier Directeur du Développement Durable, coprésident du Conseil de Développement Durable de l’Université, Professeur Adjoint d’Ingénierie de troisième cycle et membre du comité d’intronisation Phi Kappa Phi.
James R. May est Représentante Spéciale pour les Droits de l’Environnement et de la Nature au Conseil International du Droit de l’Environnement, au Réseau Mondial de Lutte contre la Pandémie, à la Commission Mondiale du Droit de l’Environnement et à la Chaire de Normandie pour la Paix. Il est membre de l’American College of Environmental Lawyers et de l’Environmental Inn of Court de la vallée du Delaware. Il a reçu des prix du Sierra Club, de l’American Canoe Association et de la Pace University, entre autres. Avant de devenir avocat, il a été ingénieur en sécurité et défense nationale.

may_150x150.jpg

---

  • Smita NARULA

Smita Narula est Professeur de droit international et co-directrice du Centre mondial d’études juridiques sur l’environnement à la Faculté de droit Elisabeth Haub de l’université Pace (New-York). Elle est l’auteur de dizaines de publications sur les droits de l’homme et l’environnement et a contribué à la formulation de réponses politiques, juridiques et communautaires à toute une série de problèmes de justice sociale dans le monde. Avant de rejoindre la faculté de Haub en 2018, elle était conférencière distinguée et directrice intérimaire du programme des droits de l’homme au Roosevelt House Public Policy Institute du Hunter College. Avant Hunter, elle était professeur associé de droit clinique et directrice de la faculté du Centre pour les droits de l’homme et la justice mondiale à la Faculté de droit de l’Université de New York. De 2008 à 2014, le professeur Narula a été conseillère juridique auprès du rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation. Elle a également travaillé à Human Rights Watch et est cofondatrice de l’International Dalit Solidarity Network,-un réseau transnational de défense des droits visant à faire progresser le droit à l’égalité de 260 millions de personnes touchées par la discrimination fondée sur la caste dans le monde.

narula.jpeg

---

  • Richard L. OTTINGER

Richard L. Ottinger est professeur et doyen émérite de la Pace Law School, où il fait partie du corps professoral depuis 1984 et il a été doyen de 1994 à 1999.  Il a créé à Pace le premier Energy & Climate Change Center, un centre de recherche national et international de premier plan sur les énergies propres. Il a publié et écrit ou coécrit une douzaine de livres et plus de 100 articles sur l'énergie durable et le changement climatique. En 2017, il a reçu le prix SEER de l'American Bar Association pour ses réalisations exceptionnelles en matière de droit et de politique de l'environnement.  Membre du Congrès pendant 16 ans, il a présidé la sous-commission de la conservation de l'énergie et de l'électricité de la commission de l'énergie et du commerce de la Chambre des représentants, où il a joué un rôle de pionnier dans l'établissement des lois sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables du pays. Il a été l'un des fondateurs, l'ancien président du conseil d'administration et maintenant président émérite de l'Energy and Environmental Study Institute (EESI) à Washington, un des principaux défenseurs de l'énergie durable devant le Congrès.  Il se consacre désormais à la résolution des problèmes internationaux liés au changement climatique, en aidant les pays en développement à adopter des programmes d'énergie durable.  Il est diplômé de la Harvard Law School et de l'université Cornell.

Ottinger.png

  • Appollinaire OUSSOU-LIO 

Appolinaire Ousso-Lio est Président de l’ONG Grabe-Bénin qui œuvre à la conservation de la biodiversité et la protection des sites sacrés.Géographe-Naturaliste, expert en jurisprudence de la Terre, il travaille pour la conservation des ressources naturelles en se basant sur les connaissances des ancêtres et à travers le dialogue intergénérationnel. Avec son programme arbre-vie il oeuvre pour la restauration des forêts sacrées et le reboisement. Parallèlement, Appolinaire anime des dialogues communautaires pour faire revivre les valeurs traditionnelles et les échanges intergénérationnels sur l’agriculture durable, l’agro-écologie, la gouvernance écologique, les semences traditionnelles etc. Riche de son expérience, il a développé des aptitudes et des outils de communication basés sur les connaissances endogènes et modernes, facilitant l’intégration de toutes les couches sociales. Au niveau international, Appolinaire Oussou Lio s’investit également en tant que vice-président du Réseau Africain pour la biodiversité (ABN) et est membre du Comité Exécutif de l’Alliance des Gardiens de la Mère Nature, fondée en 2015 à l’appel du cacique Raoni.

appolinaire.jpeg

---

  • Laura PAQUEMAR

Laura PAQUEMAR est actuellement en Master 1 Générations Futures et Transitions Juridiques à Sciences Po Rennes, sur le campus de Caen. Engagée dans la défense des droits des minorités, elle effectue un stage de 2 mois à la Chaire Normandie pour la Paix, sur la ligne Peuples Autochtones et Sanctuarisation des Forêts.

Paquemar.jpg

---

  • Stéphane PESSINA

Maître de conférences H.D.R. en droit privé à l’Université de Rouen-Normandie. Enseigne depuis 1998. Partant de questions relatives à la protection des expressions culturelles traditionnelles des peuples autochtones par d’éventuels droits de propriété intellectuelle dont il questionne la pertinence, il a élargi ses recherches aux savoirs traditionnels et aux ressources génétiques associées, puis à diverses autres problématiques qui intéressent les peuples autochtones dans le Monde (Le statut des peuples autochtones. A la croisée des savoirs, Stéphane PESSINA DASSONVILLE (dir.) : Karthala, Paris, 2012). Il analyse, à l’aide des outils de la pensée complexe (Edgar Morin) et de la mésologie (Augustin Berque), les mouvements de patrimonialisation/personnification des milieux de vie sur Terre. Ainsi, il réinterroge diverses notions cardinales (personne, chose, patrimoine, propriété, accès, savoir, tradition, culture) et abandonne la logique dualiste qui sépare les êtres humains de la Nature afin de développer une cosmo-vision complexe, à la fois globale, interdépendante, responsable, sobre et solidaire pour nous recosmiser et préserver les droits des générations présentes et futures à vivre en harmonie avec notre Terre-Patrie.

pessina.jpg

---

  • Nicole Ann PONCE

Elle est cofondatrice et coordinatrice du mouvement I am Climate Justice (ICJ), chargée de recherche à la Normandy Chair for Peace et titulaire d’un doctorat en droit de l’université de San Carlos, aux Philippines. Son travail est axé sur l’utilisation du droit comme outil de changement social, notamment dans le domaine de l’action climatique et des droits de l’homme.

PONCE.jpg

---

  • Michel PRIEUR

Michel Prieur est Professeur émérite de droit de l’environnement. Docteur en droit de l’Université de Paris- Panthéon, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, agrégé de droit public et de science politique, diplômé de l’Institut des hautes études internationales. Professeur de droit à Strasbourg où il a créé le Société française pour le droit de l’environnement, la Revue juridique de l’environnement et un centre de recherche en droit de l’environnement. Doyen honoraire de la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges et fondateur du CRIDEAU centre de recherche interdisciplinaire en droit de l’environnement, de l’aménagement et de l’uranisme.

Auteur du précis Dalloz de droit de l’environnement, 8° édition  2019. Consultant auprès d’organisations internationales et professeur invité en Afrique, Amérique du sud et Amérique du nord. A contribué activement en France à l’élaboration de la Charte constitutionnelle de l’environnement et au Grenelle de l’environnement ; au plan international : à la reconnaissance du principe de non régression et du statut juridique des déplaces environnementaux,  à la convention  du paysage, à la gestion intégrée des zones côtières, à la création des indicateurs juridiques d’évaluation de l’effectivité du droit de l’environnement.

PrieurPhoto_320x320.jpg

---

  • Andy RAINE

Andy Raine est un juriste international spécialisé dans l’environnement, qui a 19 ans d’expérience de travail avec les Nations Unies et le secteur privé sur tous les continents. Il dirige actuellement le travail sur le droit international de l’environnement du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), il est basé à son siège mondial à Nairobi. Auparavant, Andy a travaillé, entre autres, pour le PNUE à Bangkok, le PNUD à New York, Linklaters à Londres et Freehills à Melbourne. Andy est passionné par la recherche et la poursuite de solutions aux défis environnementaux communs du monde. Il croit fermement que le « pouvoir du positif » est un outil essentiel dans ce domaine, et il est fier d’être associé au mouvement des bonnes histoires. Andy a une femme merveilleuse et deux enfants adorables et curieux. Il a également trois vélos et un gros chien.

Raine.png

---

  • Eckard REHBINDER

Dr. jur., Professeur émérite de droit économique, de droit de l'environnement et de droit comparé et membre du Centre de recherche en droit de l'environnement, Université Goethe, Francfort, Allemagne.

Depuis le début des années 1970, spécialisation progressive en droit de l'environnement, traitant entre autres du droit général de l'environnement, des instruments économiques, de la participation du public et de la protection judiciaire ainsi que de la conservation de la nature, du droit forestier et de la réglementation des produits chimiques et des OGM. Entre 1987 et 2000, membre du Conseil allemand des conseillers en environnement (1996 à 2000 : président). Entre 1988 et 1993, membre de deux commissions académiques pour la préparation d'une codification du droit environnemental allemand. Vaste travail consultatif international sur la réforme et la codification du droit de l'environnement, notamment en tant que conseiller pour le "Pacte mondial pour l'environnement". Entre 2007 et 2013, gouverneur régional et, à partir de 2019, membre du conseil d'administration du Conseil international du droit de l'environnement ( International Council of Environmental Law -ICEL-).

Professeur invité dans plusieurs universités étrangères. Il a reçu le prix Elizabeth Haub pour le droit de l'environnement en 1978. Auteur et co-auteur de nombreux livres et articles sur le droit de l'environnement, en anglais, français et espagnol, et co-éditeur et co-auteur d'un traité sur le droit allemand et européen de l'environnement.

rehbinder.jpg

  • Olivia RICHARD

Olivia RICHARD est actuellement en Master 1 Générations Futures et Transitions Juridiques à Sciences Po Rennes, sur le campus de Caen. Elle effectue un stage de deux mois auprès de la Chaire Normandie pour la Paix afin d’appuyer la ligne de recherche de la Chaire sur le mouvement I Am Climate Justice et celui des Good stories.

OliviaRichard.jpg

---

  • Nicholas A. ROBINSON

Le Professeur Nicholas A. ROBINSON est Professeur de droit de l’environnement à la Faculté de Droit Elisabeth Haub de l’Université Pace (États-Unis). Depuis la Conférence de Stockholm de 1972 sur l’environnement humain, le professeur Robinson a été un leader dans les programmes juridiques environnementaux de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il a édité les travaux préparatoires des Nations Unies pour le Sommet de la Terre de Rio en 1992, a fait partie de l’équipe de rédaction de la Charte mondiale de la nature des Nations Unies et a été conseiller juridique de l’UICN et président de la Commission mondiale du droit de l’environnement. Il a dirigé la création de l’Académie de droit de l’environnement de l’UICN. Il se spécialise dans le droit des études d’impact sur l’environnement depuis 1969 et a fondé les programmes d’éducation juridique sur l’environnement de l’Université Pace à New York. Il est président émérite de la Chaire Normandie pour la Paix sur le droit et les générations futures.

robinson_300x_302.jpg

---

  • Umair SALEEM

Umair Saleem a fait son Bachelor of Laws (B.A./LL.B.) dans l'une des institutions les plus prestigieuses du Pakistan, Lahore University of Management Science (LUMS), grâce à une bourse d'études en 2014. Après son diplôme, il a rejoint la profession d'avocat et il a commencé à travailler avec l'éminent cabinet d'avocats du juge Jawad Hassan (ancien élève de l'Université Pace en 1996 et principal juge vert constitutionnel de la Haute Cour de Lahore). Il a développé un vif intérêt pour la pratique du droit de l'environnement après avoir travaillé pour des commissions judiciaires environnementales sous la présidence du Dr Parvez Hassan (ancien président de la Commission juridique de l'UICN), notamment la Commission sur l'outarde houbara pour la protection et la conservation des espèces menacées, et la Commission sur le smog pour éliminer le problème environnemental du smog hivernal au Pendjab. Il a également été membre de la Commission judiciaire sur l'eau pour la préservation et l'approvisionnement en eau propre dans tout le Punjab. En outre, il a travaillé avec le Dr. Martin Lau (professeur à SOAS, Londres) sur plusieurs questions environnementales pendant plusieurs années et s'est engagé auprès de certains instructeurs de LUMS en tant qu'assistant d'enseignement pour quelques cours.
 
En 2020, il a obtenu son LL.M. de la Katholieke Universiteit Leuven, Belgique, en droit international et européen. Il a récemment terminé son deuxième LL.M. en tant que boursier en droit de l'environnement de l'Université Pace, New York, États-Unis, en droit de l'énergie et du changement climatique. Pendant son deuxième LL.M., il a rédigé sa thèse sur l'expérience pakistanaise unique des commissions judiciaires environnementales, sous la supervision du professeur Nicholas A. Robinson.

Actuellement, il travaille sur diverses transactions commerciales et d'entreprise et sur des questions environnementales au Pakistan et s'occupe des litiges devant les Hautes Cours, les Tribunaux de District, les Tribunaux civils et autres autorités quasi-judiciaires au Pakistan. Il participe également à de nombreux litiges pro-bono et d'intérêt public devant les Hautes Cours du Pakistan concernant les lois constitutionnelles, internationales, les droits de l'homme et l'environnement.

Umair_Saleem.png

---

  • Jochen H. SOHNLE

Jochen H. SOHNLE est Professeur de droit public à l’Université de Lorraine, Faculté de droit de Nancy (France) et responsable du parcours « Collectivités territoriales et ‘Union européenne » du master Études européennes et internationales au Centre européen universitaire de Nancy (CEU Nancy). Ses travaux et enseignements, qui sont dispensés en plusieurs langues (français, anglais, allemand, espagnol), portent sur le droit international, français et comparé de l’environnement, le droit de l’eau, le droit des ressources naturelles et les questions éthiques en relation avec le droit.

Il donne régulièrement des conférences à Sciences-Po Paris, campus de Nancy (programme européen trilingue : Public Authorities: A Cross-Country Comparative Perspective) et à l’Université de Strasbourg, Faculté de droit (Droit comparé des administrations publiques, Droit international public et privé de l’environnement). Jochen a donné des conférences sur le droit international, européen, français et le droit comparé de l’environnement au Canada, aux États-Unis, en Haïti, en Allemagne, en Espagne et en Russie et a été membre du Pace Global Center for Environmental Legal Studies, Pace Law School, New York, États-Unis (janvier-août 2015). En janvier 2015, il a été chercheur invité à la Widener School of Law, Wilmington, Delaware. Actuellement, Jochen est président de la section régionale pour l’Est de la France de la Société française pour le droit de l’environnement et membre de la Commission mondiale du droit de l’environnement de l’UICN. Il siège au Conseil consultatif de l’Agence de l’eau Rhin-Meuse et au Collègel d’experts de l’Académie de l’eau.

SOHNLE_photo_240x320_1_e1594046491195.jpg

---

  • Alexander Solntsev
Il a étudié à l'Université RUDN et à l'Université d'Amsterdam. Auteur du cours et du manuel "Droits de l'homme et environnement" (Moscou, 3e édition, 2021). Auteur de plus de 600 articles scientifiques (publiés en Russie et à l'étranger) et d'une série d'entretiens avec des experts étrangers de premier plan dans le domaine du droit de l'environnement, qui sont publiés dans l'"Eurasian Law Journal" (Nick Robinson, Marjan Peeters, Jutta Brunnee). Co-initiateur du projet de publication en russe des accords internationaux sur l'environnement assortis de commentaires (actuellement 4 numéros ont été publiés). Il a participé à la préparation de l'Encyclopedia of Environmental Law (Edward Elgar Publishing). Membre de la Société européenne de droit international (groupe sur le droit international de l'environnement), du Forum européen du droit de l'environnement, de la Commission mondiale du droit de l'environnement de l'Union internationale pour la conservation de la nature. Il a participé à l'élaboration du rapport national volontaire de la Russie sur les objectifs de développement durable (2019). Il organise chaque année une table ronde sur le droit international de l'environnement en anglais dans le cadre du congrès international "Blischenko Readings" à l'université RUDN.
 
Alexander_Solntsev.png
---
  • Victor TAFUR

Victor TAFUR est un avocat de l’Universidad Javeriana de Bogotá. Il est titulaire d’un doctorat et d’une maîtrise en droit de l’environnement de l’université Pace de New York, et est également professeur associé et directeur du programme de diplomatie environnementale de la même université.

Sa thèse de doctorat portait sur le droit comparé de l’énergie et de l’environnement en Amérique latine. Il est également gouverneur associé du Conseil international du droit de l’environnement, dont le secrétariat se trouve à l’université Carlos III de Madrid. Ses recherches portent sur la gouvernance et la justice environnementales internationales et les négociations internationales.

Il fait actuellement partie de l’équipe de recherche de la Chaire pour la paix de Normandie, en tant que directeur de l’axe « Paix, justice transitionnelle et enjeux environnementaux ».

VTafur.jpg

---

  • Christina VOIGT

Dr. Christina VOIGT est une experte renommée en Droit international de l’Environnement et Professeure à l’Université d’Oslo. La Professeure VOIGT a publié de nombreux ouvrages sur les questions juridiques liées au changement climatique, au multilatéralisme environnemental et à la durabilité et intervient fréquemment lors d’événements nationaux et internationaux.
Elle travaille également comme conseiller juridique auprès du gouvernement norvégien, ainsi qu’auprès de plusieurs organisations internationales et non gouvernementales.
La Professeure Voigt préside le groupe de spécialistes du changement climatique de la Commission Mondiale du Droit de l’Environnement de l’UICN et est membre du groupe de travail de l’UICN sur le changement climatique.

VOIGHT.jpg

---

  • Alyn WARE

Alyn Wareest un expert en politique nucléaire de la Nouvelle-Zélande. Il est Directeur du Bureau de la paix de Bâle (Basel Peace Office), Consultant pour l’Association internationale des avocats contre les armes nucléaires (IALANA) et coordonnateur des parlementaires pour la non-prolifération et le désarmement nucléaires. M. Ware était un chef de file dans l’interdiction des armes nucléaires de la Nouvelle-Zélande, le cas de la Cour internationale de Justice de 1996 contre les armes nucléaires et la Convention type sur les armes nucléaires distribuée par le Secrétaire général de l’ONU pour guider les négociations sur le désarmement nucléaire. Il a reçu le Right Livelihood Award et a été nommé pour le prix Nobel de la Paix

 aware.jpg

 ---

  • Rutger van Zuidam

Rutger van Zuidam (1983, Pays-Bas) est le fondateur et le PDG d'Odyssey.org. Odyssey est un incubateur en ligne à code source ouvert pour la collaboration multipartite qui met en relation des organisations gouvernementales, des entreprises, des scientifiques et des organisations à but non lucratif avec quiconque peut contribuer à l'élaboration de solutions pour les défis complexes du XXIe siècle, souvent liés aux objectifs de développement durable des Nations Unies. Notre mission est de fournir l'espace de collaboration le plus inclusif, le plus efficace et le plus prospère. Avec Momentum, Odyssey offre un monde 3D en ligne, vivant et persistant que les gens peuvent co-créer, et où vous pouvez, avec n'importe qui, vous rencontrer, vous connecter, collaborer et obtenir des résultats ensemble. Un environnement de collaboration avancé où chacun peut héberger, construire et gérer son portefeuille de programmes, de défis, de projets, de subventions et développer ses communautés de manière efficace et joyeuse.

Rutger est également membre du conseil de surveillance du Drenthe College, où 9000 étudiants suivent un enseignement professionnel intermédiaire.

Zuidam.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personnes connectées : 1